Oui, je pose un propulseur d'étrave. Après bien des avis, devis, discussions, réflexions, cogitations, simulations.... je le fais moi-même et je mets en ligne la pose, ça pourra servir à d'aucuns.
La pose du propulseur d'étrave

Un bel os entre les dents. Avant d'en arriver là, il y a déjà pas mal de choses. D'abord réunir le matériel: scie sauteuse, scie circulaire, meuleuse d'angle, ponceuses diverses, balance au gramme près, seringue, rouleaux ébulleurs, spatules, ciseaux, aspirateur, moyen de chauffage, feuille de polyane, résine, mastic, choucroute, mat et roving de verre, échelle, table, éclairage, acétone, raclette caoutchouc, combinaison, gants....

Ensuite, déterminer l'endroit, pas trop près de la surface de l'eau sinon on cavite vite, pas trop près de la quille pour pouvoir passer sous le tube en stratifiant et pour limiter autant que possible la grandeur du trou et le plus à l'avant possible.

Après avoir fait un trou de 6 mm, de chaque côté, on enfile cette tige recourbée avec un feutre scotché sur une branche à 80 mm du centre et on tourne en maintenant la pointe sur la coque.

On fait la découpe à la sauteuse, la meuleuse d'angle ou la lime électrique pour ajuster. Rassurez-vous, vous aurez à ajuster, ne serait-ce que la pente pour aller en face.

On enfile le tube et on marque la découpe, c'est très simple, tellement simple que je n'y suis pas arrivé et pourtant ce n'est pas là que je pensais trouver des difficultés. La moindre rotation du tube fait varier énormément le dépassement. La courbe est complexe, genre ellipse gauchie.

Marre! on stratifie et on coupera sur place, au moins le tube ne bougera plus. Etant donné le climat, la saison et le sens du vent, on a collé une feuille de polyane autour du chantier pour chauffer et avoir une température et une hygrométrie assez ambiante. Cela marche puisque l'on arrive à 18° et 20%!

Et voilà, le tube est fixe maintenant, on peut le couper. Avec le disque puis sculpture avec la ponceuse pour avoir un déflecteur sur l'avant et un creux sur l'arrière. Modeler avec de la choucroute.

Passage de la raclette sur mastic époxy. Ce matériau est une merveille et permet d'avoir une préfinition extraordinaire.

Un coup de peinture époxy et voilà le travail.

A l'intérieur, c'est un peu moins esthétique. Il faut virer le vaigrage, raviver la coque et stratifier une bonne épaisseur de fibre de verre.

Le vaigrage est en creux et on a peur d'entamer la coque, j'ai donc fabriqué un sabot courbe pour fixer sous la scie circulaire.

A côté, une petite râpe qui fait un travail formidable pour le modelage de la choucroute quand elle est juste durcie et peut encore se travailler facilement.

 

 

 

Maintenant, il faut poser le moteur. Un gabarit est fournit, ne pas l'utiliser tel que, ça manquerait de précision. Il vaut mieux reporter les cotes indiquées. D'abord tracer un trait rigoureusement dans l'axe du tube. Géométriquement, une cornière posée sur le tube aura toujours ses côtés alignés sur les génératrices; puis le pied à coulisse permettra un bon report.

 

 

Attention au perçage car au démarrage le foret glisse plus ou moins. Faire l'amorce avec un foret à métaux affuté en pointe ainsi, la mèche qui servira au perçage du bon diamètre sera bien tenue. Là, ça vaut le coup de prendre son temps et même de faire des essais sur la chute du tube.

 

 

 

Et voilà, l'embase est en place!

Le cablage ne présente aucune difficulté particulière. Suivre les indications du constructeur et ne pas hésiter à mettre du gros cable! Le passage dans les amménagements peut être facilité par l'usage d'un messager en fil rigide.

Quand le groupe est incliné, le constructeur préconise la pose d'un support que l'on voit en haut du capot jaune.

Si on veut utiliser deux poussoirs avec ou à la place du joystick, le cablage est le suivant:

Voir la notice constructeur pour les couleurs des fils. Il ne reste qu'à faire les essais pour déterminer les sens de rotation.

Et ça tourne! Aux essais, il apparait que le tunnel est un peu trop près de la surface mais plus bas, on aurait eu du mal à sratifier sous le tube, plus en arrière on aurait perdu du rendement, le bras de levier étant plus court.

A vous de trouver le compromis le moins mauvais, sachant que l'idéal pour ne pas faire d'erreur, c'est de ne rien faire!

Et pour ceux qui ont perdu les références de l'anode et qui veulent l'approvisionner avant le carénage:

 

Voir aussi la pose de la double commande du moteur,

des réservoirs, la dépose de la tête de mat, la dépose de l'enrouleur de GV, le remplacement du vaigrage.

 

La construction Evasion Croisières Plan du site Liens Courrier