Ici, quelques trucs en vrac qui peuvent vous aider. Les conseilleurs sont souvent pris pour des radoteurs mais quand on l'a fait, on peut avoir envie de faire partager son expérience.
Trucs & astuces
La bonne position pour aller vite c'est de s'asseoir sur son cul et de réfléchir, faire et refaire la manip, qu'est-ce qui va coincer, comment pourrait-on faire plus simple, plus simple, plus simple.

Mesure mille fois
Coupe une fois

 

Mesure, mesures (pied à coulisse, palmer, sextant)

Quand on a des cloisons, couchettes et autres plaques à fixer, on est souvent amener à faire des tasseaux. Comme rien n'est droit sur un bateau, le tasseau a une face découpée en inclinant la lame, mais de combien? L'outil à employer est évidemment la fausse équerre mais on ne sait pas trop comment la placer. Le plus simple est de faire quelques tasseaux de 10/15 cm avec différentes inclinaisons et de les écrire dessus. On peut ainsi essayer plusieurs solutions et prendre celle qui convient ou interpoler entre deux qui ne vont pas tout à fait.

 

Ces cloisons ou les plaques de vaigrages ont évidemment une forme légèrement différente du rectangle. Il faut les relever et c'est pas facile, au début on laisse "du gras", ça coince, on enlève du bois, l'opération se renouvelle plus ou moins de fois jusqu'à ce qu'on ait bouffé la cote, ça ne rate pas, vous verrez!

Un truc tout simple qui doit être fait avec soin: on prend deux bandes de contreplaqué, on les met en croix le long des diagonales de la cloison à relever et avec une règle, on va jusque dans les coins, un trait indique la direction, un chiffre à combien de centimètres ça se situe. Evidemment rien ne doit bouger pendant la mesure ni pendant le transport. Laissez du gras quand même, il manquera peut-être du bois malgré tout. Quand la plaque est à la bonne cote, elle fait un "clac" quand on la pose qui ravi le mélomane.

 

Ici un gros pavé sur les débuts de la radio. Article de Baudry de Saunier qui malgré quelques petites erreurs, explique très bien les principes de la TSF. Ecrit en 1923, certaines paroles pourront "surprendre", je n'y ai pas changé une virgule évidemment et me suis efforcé de respecter la mise en page.

Ici, une initiation à l'électricité, nature du courant, analogie hydraulique, mesures électriques etc....

Le décodage des fax météo et l'ordinateur branché au GPS.

La transformation d'un spot à leds, 220v, pour fonctionner en 12v.

 

Pour utiliser un pataras comme antenne, la solution habituelle est de le déposer, partir avec chez le ship du coin, couper le hauban et poser deux gros isolateurs. Efficace mais long et cher! Pourquoi ne pas poser une coupelle isolante entre la coupelle inox de la tête de mat et la boule du hauban? Même si elle s'écrase, éclate, fond ou autre calamité, le mat ne va pas descendre, il faudra retendre le pataras. Je vois déjà les doigts accusateurs "Et en bas??" La cadène est fixée sur le plastique non? et pour les bateaux métalliques, on peut insérer un canon isolant et deux rondelles sur un axe toujours avec le même principe: si l'isolant casse, le métal prend le relais pour le maintien du mat.

 

Si un anneau de canne à pêche se dessoude, vous pouvez vous dépanner avec un bout de fil inox.! Il est facile d'en confectionner avec une chute de hauban comme indiqué ici. C'est du fil inox de 2mm, quelques coups de marteau pour aplatir les extrémités, une surliure recouverte de colle deux composants ou de ruban plastique et le tour est joué! Vous avez même le choix entre deux modèles.
C'est si simple que vous pouvez en avoir un ou deux d'avance pour faire taire les pinailleurs qui ne trouveraient pas d'enclume ou d'étau à bord!

 

Si le réservoir est dans la quille, il est profond et 13 et 3, euh très étroit. Une bonne formule est d'adapter une jauge pneumatique avec un tuyau plongeur.

Personnellement, j'avais une poignée d'interrupteurs à lame souple (I.L.S.) et j'ai fait le montage ci-contre. Ces ILS ont la propriété de fermer un contact en présence d'un aimant et ne coûtent pas cher.J'en ai mis une dizaine, chacun alimente sa LED ( diode électroluminescente) par un brin de fil de téléphone. Il y en a suffisemment dans la gaine. Ils sont isolés et glissés dans un tube inox (non magnétique) autour duquel passe le flotteur. Il est fait avec deux flacons plastique, tête bèche, rempli de mousse polyuréthane et contient l'aimant. Faire des essais pour tester sa force. L'avantage de ce système: la partie sous tension n'est pas en contact avec le gasoil et le panneau de visualisation peut être mis n'importe où.

Les ILS peuvent ausi servir à remplir ou à vider une bache, un réservoir en ayant des points haut et bas plus éloignés qu'avec un fotteur à bascule classique. Attention, ces contacts ne coupent que de faibles intensités, toujours prévoir un relais pour les applications à pompe.

 

 

Attention à la prise d'eau du dessalinisateur! En route, il y a toujours des bulles d'air qui circulent sur la coque et qui finissent par s'accumuler dans le filtre à eau de mer et au bout d'un moment, il est vide d'eau mais plein d'air ce qui risque de déplaire à la machine. Pour éviter ce problème, une petite purge qui remonte assez haut et c'est réglé. Pendant qu'on y est, si la trappe de visite se trouve à la flottaison, on pourra pousser le sac plastique qui la bouche.

 

Transvasements

 

On peut avoir besoin de vider un fond de réservoir, d'assécher un fond de cale dégueu sans salir ses doigts et sa pompe.

Dans le couvercle d'un pot de peinture vide, on visse deux tétines et on y ajuste deux tuyaux, un va dans le caca, l'autre à l'aspiration de la pompe de gonfage/dégonflage de l'annexe. On aspire, le liquide arrive, si on est en siphonnage, on peut enlever le tuyau d'air, ça va continuer à couler, peut-être trop! Sinon on continue à pomper, on ne voit rien, ben on estime sinon...

 

 

 

 

 

on bricole deux arrivées sur le bouchon d'une bouteille de lait ou sirop. Puisque l'on est dans les siphons, rappel de la manip très connue:

On souffle dans le tuyau après avoir plus ou moins étanché le goulot avec un chiffon, suffit de souffler plus vite que ça fuit. Dans un bidon presque vide, il faut du souffle sinon, ça le fait et après, ça coule tout seul et on n'a rien avalé!

En vrac,

ce qui m'a satisfait:

La timonerie intérieure: elle procure un confort certain. Pour faire cela, il faut mettre une barre hydraulique, avec des clapets anti-retour. On passe ainsi d'une barre à l'autre sans aucune manoeuvre. Evidemment, on n'a pas de retour de force mais quand on lâche la roue, la barre est bloquée. Au près, on peut être des heures sans toucher à la barre. Pour la roue extérieure, j'ai pris un "moteur" de barre adapté mais à l'intérieur, le moteur est un Danfoss récupéré sur un matériel agricole ou sur un clark. Cela fonctionne sans assistance, il suffit de boucher le trou qui amène la pression.

Le frigo: quel confort de voir une petite buée sur la bouteille de rosé! Voir plus loin pour les inconvénients. Je l'ai fait petit pour ne pas trop consommer de courant mais il manquait deux centimètres pour qu'une bouteille tienne debout: pas pensé! Enfin, en longue croisière, ça fait plaisir d'avoir une semaine de frais, et quand on pêche...Quand j'ai fait l'isolation, entre les plaques de mousse de polyuréthane, j'ai mis une couverture de survie.

Le dessalinisateur: ça aussi c'est un confort et quelle bonne eau! C'est faux de dire qu'elle est déminéralisée, l'Aquabase donne cinquante litres à l'heure d'une eau potable selon les normes OMS. Il consomme 350w mais je l'ai branché sur la batterie moteur et pratiquement, je ne le fais tourner que quand le moteur est démarré, donc pas de problème de batterie.

Le radar: en Manche et atlantique, c'est super même si c'est assez difficile de voir la route des bateaux, il faut barrer avec précision le temps des relevés.

L'alternateur d'arbre: il tourne tout le temps et recharge la batterie de service ainsi les deux parcs sont isolés. On ne l'entend pas mais il faut naviguer à plus de cinq noeuds pour commencer à charger.
Puisqu'on parle d'arbre, allez voir cette page, vous risquez de ne pas le regretter!

 

ce que j'ai regretté:

Le frigo: je pense qu'il ne faut pas hésiter à refroidir le condenseur à l'eau de mer. Pour ce qui est de l'évaporateur, j'ai du le changer deux fois (percé!) c'est scandaleux, peut être que celui qui a une plaque eutectique est plus solide?

Le guindeau: il aurait pu être électrique, sinon, il faut des équipiers. J'ai utilisé un bateau où la chaine passait dans un tube et l'ancre se rangeait le long de la coque, comme sur les cargos. C'était très pratique.

Les winches: il faut absolument des selftailing. les miens ne l'étaient pas. Là encore, il faut des équipiers.

La cuisinière à pétrole: au début on trouve ça bien mais à la fin ce serait toujours bien mais si c'était à gaz. Je ne connais pas les réchauds à alcool, il faut se renseigner près des utilisateurs.

 

L'ordinateur à bord
Le calibrage des cartes
 
Quelques trucs
L'enrouleur de GV
La pose du propulseur
La double commande

La construction Evasion Croisières Plan du site Liens Courrier